Atraf al nahar

11.114

وَأَقِمِ الصَّلَاةَ طَرَفَيِ النَّهَارِ وَزُلَفًا مِنَ اللَّيْلِ

Et élève la prière aux deux horizons du jour

et l’approche de la nuit.

On a là deux façons de préciser le moment : parallèle entre la visibilité du jour, et la proximité avec la nuit. On se refaire à la vision sur terre de l’ombre de la nuit qui s’approche ou s’en va, et la proximité de la lumière du soleil.Ainsi on rejoint au crépuscule (al-‘ashiyyi) et à l’aurore (al–ibkâr)” puis “au matin (al–ghuduww) et le soir (al–âṣâl)”.

Cette redondance, et le retour du parallèle entre le jour et nuit, et surtout ce moment de passage dans l’ombre de la terre, fait que “avant l’émergence du soleil et avant sa disparition” se réfère à ces deux moments, en précisant leur cause première. On n’est plus dans la vision de l’effet, le jour et la nuit, mais dans la vision de la cause, l’apparition du soleil.

Mais le parallèle de atraf dans 20.130 est différent. Il se fait avec ina²i al leyl (qui est en fait difficile à cerner). Le pluriel de atraf aussi pose problème, car ce n’est plus le duel des deux passages de la nuit au jour. En tout cas il y a un parallèle / opposition entre les deux. Je propose quelque chose comme :

et depuis les (heures) de la nuit célèbre

et aux limites du jour.

Ou peut-être “et aux aperçus du jour ?”. Je commence à douter qu’on puisse y inclure al wousta. Il faudrait trouver une explication pour ina²i, c’est lui qui permet d’approcher le sens de atraf ici. En tout cas atraf à lien avec le visible. D’où traduire par horizon, où par limites.

5 réflexions sur « Atraf al nahar »

  1. Salam !

    Je rejoins l’avis de Dr. Al ajami : [20:130] “le pluriel aṭrâf est ici un pluriel dit de paucité/jam’u–l–qilla valant donc pour le duel ṭarafiya/les deux extrémités, autrement dit les temps de la prière de l’aube et du couchant”.

    Ma traduction des 2 versets :
     [11 :114] « Accomplis la Salât aux deux extrémités du jour (aube et soir), et aux heures de la nuit à l’approche du jour . Les bonnes œuvres dissipent les mauvaises. Cela est un rappel pour ceux qui se rappellent »

     [20 :130] « Supporte patiemment ce qu’ils disent et glorifie par la louange ton Seigneur, avant le lever du soleil (aube), avant son coucher (soir) et durant les heures de la nuit , (fa) ainsi exalte Sa Gloire aux extrémités du jour afin que tu puisses être satisfait. »

    Selon moi la mention de la nuit fait référence à la veille nocturne (prière additionnelle et présent dès le verset 73:2) – une différence avec le Dr. Ajami.

    NB : un avis sur “salat al-wousta” ?

    1. Salam !

      Je vais regarder demain, mais je ne suis pas sûr qu’il faille traduire atraf ici par extrémités. Si on regarde bien, ce n’est pas la même vocalisation et surtout il est en parallèle ici avec les heures de la nuit. La remarque érudite d’Al Ajami masque un peu que c’est un choix, qui est dicté en dernier lieux par le choix de traduire extremités. Or ici il y a un parallèle entre les prières du jour et celles de la nuit, qui rend difficile de n’y voir que celles des deux passages de la nuit au jour.

      En règle générale, c’est mieux d’éviter de mettre des paranthèses ou des crochets qui forcent le sens au coeur des versets, comme le fait al bouraq. Sinon on finit par imposer le sens. Traduire, c’est déjà beaucoup !

      Je pense aussi que la nuit fait référence aux nombreuses prières de la nuit, si c’est cela que tu veux dire.

      Je pense que salat al wousta est celle du midi, et que le verbe DHHR y fait référence aussi, comme il a été dit sur le groupe.

      Bienvenu sur le site.

      1. Salam !

        tu dis : “En règle générale, c’est mieux d’éviter de mettre des paranthèses ou des crochets qui forcent le sens au coeur des versets, comme le fait al bouraq. Sinon on finit par imposer le sens. Traduire, c’est déjà beaucoup !” => Oui assez d’accord – je n’ai cité ici que mon point de vue issu de mes notes et non de ma traduction (page 62 du pdf de mon site https://reveniraucoran.fr/).

        Pour info, j’ai mis à jour la structure du passage où il y a la référence à la salat al wousta, avec note 16, 17 et 18. Si cela peut aider…

          1. inshallah !
            Le sujet de la “salat al-wousta” me parait, d’un point de vue strictement textuel, l’un des plus délicats à connaitre surement…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.